le cerveau et l'apprentissage

Apprentissage d’anglais – mettez-y du PEPS !

Publié le Publié dans Uncategorized

Comment faire pour mettre toutes les chances de réussir de votre côté dans l’apprentissage d’anglais ?

Plaisir

Tout apprentissage passe par des moments difficiles. Même dans les stages les plus dynamiques, les apprenants décrochent parfois pour de multiples raisons ; des soucis, fatigue générale, frustration, etc. Pour nous en anglais où le stress est parfois important, il faut toujours ramener les stagiaires au plaisir d’apprendre – replacer l’apprentissage d’anglais dans un contexte émotionnel positif. Par exemple, faire allusion à la musique pour démontrer un point de grammaire, ou placer une expression dans un sketch humoristique. Le rire est magique, et peut « casser » une ambiance qui tend vers la morosité. Il suffit parfois d’un bon café et un sourire…!

Émotion

Les émotions – capitales dans l’apprentissage d’anglais

apprentissage d'anglais
Les émotions – capitales dans l’apprentissage

Puiser dans les émotions pour booster l’apprentissage, oui mais surtout les émotions positives… Il faut puiser dans le plaisir (comme dit plus haut), mais aussi dans l’amour, la fierté, la joie, l’intérêt, l’admiration, l’inspiration, l’espoir et la gratitude. Les émotions négatives sont bloquantes – la peur, la colère, la jalousie, la tristesse sont à bannir ! L’état émotionnel du stagiaire va conditionner sa performance – mais avant de changer un état émotionnel, il faut d’abord l’identifier ! Dans nos formations en anglais, nous utilisons nos cartes « How are you feeling today? » pour permettre aux stagiaires d’identifier leur état émotionnel et faire un lien avec l’expérience de l’apprentissage. Notre cerveau réagit à la perception que nous avons de la réalité, d’où l’importance de bien identifier les émotions. Les émotions négatives peuvent sur le long-terme devenir des croyances limitantes, gravées dans nos cerveaux (le « je suis nul en anglais »  par exemple).

La mémorisation de nouvelles informations est fortement influencée par notre état émotionnel au moment de l’apprentissage.

Pertinence

Il parait évident que nous montrons plus d’intérêt pour des sujets qui sont pertinents. L’apprentissage d’anglais, comme d’autres thèmes, est un acte social qui participe à la construction de notre personnalité. Sans pertinence il n’y a pas d’intérêt, et sans intérêt… voir ci-dessus. C’est un cliché, mais rappelez-vous les cours de trigonométrie à l’école… franchement on se demandait à quoi cela pouvait bien servir… Même si nous n’en avions pas l’utilité, l’apprentissage aurait pu être tellement plus performant si on montrait la pertinence du sujet ! Se remplir le cerveau avec des informations inutiles est franchement barbant. Nos cerveaux se couvrent subitement de Teflon dans ce cas – ça n’accroche pas !

Succès

Tout cela contribue au succès de l’apprentissage. Dans l’anglais, il s’agit de la communication, pas de la linguistique, qui est un exercice académique de production pour satisfaire des profs. La communication est émotionnelle, sociale et une fonction fondamentale de l’être humain. C’est pour cette raison que, à mon avis, l’apprentissage d’anglais se doit d’être émotionnel et social – pas forcément d’ordinateur donc, pas de tablette, ni de MOOC, ni de e-learning. La technologie est bien certes, mais surtout pas aux dépends de la dimension sociale et émotionnelle de l’apprentissage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *